Mois : janvier 2018

Love Redemption

love-redemption-959990-264-432Nous  remercions Harlequin pour leur confiance et l’envoi de ce SP via la plate forme NetGaley

Thème : New Adult – Romance – Malentendant – Romance Contemporaine – 

Date de sortie : 10 janvier 2018

Auteure : 

Synopsis : Seules les histoires d’amour qui peuvent nous blesser méritent d’être vécues

Ne rien attendre de personne et contrôler chaque aspect de sa vie, c’est le seul moyen que Carli a trouvé de se protéger. Alors oui, ça veut dire laisser la peur guider ses choix, mais dans un monde où elle n’a jamais réussi à s’intégrer en tant que malentendante, ça veut surtout dire survivre, tout simplement. Mais ça, c’était avant de rencontrer Reed, avec son charme à couper le souffle et sa façon intense de la regarder… Désormais, survivre ne suffit plus. Carli veut vivre. Seulement elle n’a jamais eu aussi peur de sa vie. Car prendre le risque de vivre, c’est aussi prendre celui de tout perdre… y compris Reed.

Avis : 

C’est un sujet qu’on trouve très peu dans la romance, ce genre d’histoire est très peu abordé, chose qui est fort appréciable et qui fait que tout de suite, on accroche à l’histoire. J’ai aimé découvrir la vie de Carli et Reed, des personnages uniques qui nous font ressentir de multiples émotions. Leur histoire est touchante, comme les protagonistes. Chacun à leur manière. D’un côté, nous avons Carli, une jeune fille qui m’a brisé le cœur, malentendante, elle essaie tant bien que mal de se débrouiller. Sujette chaque jour aux migraines, de plus en plus forte, ce calvaire est son quotidien. Dernière d’une fratrie de 4 sœurs, elle a souvent été mise de côté de part sa différence. Elle en a souffert et encore aujourd’hui, c’est quelque chose qui lui pèse énormément. Elle se débrouille seule depuis tant d’année que le jour où elle rencontre Reed lors d’un cours de linguistique où elle est totalement perdue, elle ne s’attend absolument pas à faire une telle rencontre. Ce jeune homme si charmant, qui est né sourd. Il lui fait découvrir un monde d’entraide, d’écoute et de simplicité. Avec lui, elle va apprendre la langue des signes, et par la même occasion apprendre à revivre. Tout ce qu’elle ne faisait pas avant, avec Reed et ses amis, c’est possible. On fait la connaissance de très belles personnes. J’ai apprécié Reed dès le début.

Charmant. Rieur. Altruiste. Aimable. Aimant.

 On est obligé de tomber en amour pour ce jeune homme que la vie n’a pas épargné. D’abord à sa naissance, et puis deux ans auparavant, avant le début de l’histoire. Il a beaucoup souffert et s’est promis de ne pas refaire la même bêtise. Mais quand il tombe sur Carli, il est aimanté, tout de suite, on sent entre eux un lien très fort se créer. Ils désirent tous les deux la même chose, mais aucun des deux protagonistes n’osent se lancer.

Touchant. Bouleversant. Poignant. Émouvant.

J’ai aimé les voir interagir ensemble, se rapprocher, se connaître, ils se comprennent tellement, c’est comme s’ils étaient faits pour se rencontrer et vivre quelque chose de fort ensemble. Et plus on avance dans l’histoire, plus on a un petit côté « sombre ». L’auteure aborde des sujets dur et malsain qui vont crescendo, ainsi que des réactions vives, de la part de notre héroïne, qui nous fait vraiment mal au cœur. Des actes qui peuvent avoir de graves conséquences.

Romance à deux voix, on apprécie connaître les pensées de l’un et de l’autre. Pensées qui sont similaires. Ce sont des personnages forts, qui nous offrent une très belle histoire. J’ai été conquise du début à la fin. J’ai dévoré chaque mot, chaque ligne avec un très grand plaisir. Laura Brown a une plume riche, fluide, rythmé, poignante et captivante. Elle sait de quoi elle parle (lisez la note de l’auteure à la fin du roman), ce qui fait de cette histoire, un livre d’une extrême justesse. L’auteure nous prouve aussi que nous pouvons vivre avec une différence. Le tout est de savoir s’accepter tel que l’on est et d’accepter que nous ne sommes pas seuls.

Une histoire profonde, magnifique, bourrée d’espoir. Une très belle découverte autant pour l’auteure que pour le livre en lui-même. J’espère que nous aurons plein d’autres romans de Laura Brown, car j’ai été conquise.

J’ai eu les larmes aux yeux, j’ai été triste, j’ai eu le cœur brisé, j’ai repris espoir, j’ai ri, j’ai souri et j’ai aimé…

 

19578328_335864896843845_1966842752_n

avatr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avis :

Merci Harlequin pour ce SP via NetGalley. Je viens de refermer ce livre et je suis vraiment séduite par cette histoire qui est une belle leçon de vie. Ce thème de la surdité était déjà abordé dans d’autres livres mais les passés de chaque personnage apportent une touche de renouveau et d’intensité. Ce livre m’a beaucoup touché.

Carli, une étudiante en licence à l’université de Boston, assiste à son premier cours de linguistique. Son professeur à un accent très prononcé et une moustache qui empêche toute compréhension pour elle, car Carli est malentendante. Un étudiant arrive en retard et va s’excuser en langues des signes aux deux interprètes présentes dans la salle qui transmette au professeur, il fera direct craqué notre petite étudiante. Carli sera étonnée et subjuguée tout le reste du cours par cet étudiant et la langue des signes. À la fin du cours une de ses prothèses auditives n’a plus de pile et elle n’en trouve pas dans son sac, l’étudiant sexy sourd vient à son secours avec ses interprètes pour lui fournir la pile dont elle a besoin. C’est comme cela qu’elle fait la connaissance de Reed. Étant sourd de naissance, il va aider Carli dans ses études en lui indiquant les aides qu’elle peut avoir par l’université, en utilisant ses contacts pour mettre en place ses aides et en lui indiquant un cours de langue des signes. De fil en aiguille leur relation va tout doucement évoluer. Carli souffre de mots de tête qui inquiète Reed ils sont fréquents et très intenses. Que cachent-ils ? Le passé va venir hanter le présent chacun vit avec de lourds bagages certains plus importants que d’autres et dont ils ont plus ou moins conscience.

Que va-t-il se produire ? Quelles révélations vont être faites ? Et comment vont-ils surmonter toutes ses épreuves ?

Carli est une jeune femme de 21 ans qui est malentendante. Elle vit cela comme un échec, une imperfection qu’elle cache au reste du monde. Elle fait comme si elle était entendante et ne demande jamais d’aide c’est comme cela qu’elle a été élevé. Être au top tout le temps. Mais derrière cette façade on voit qu’elle n’a pas confiance en elle, qu’elle n’assume pas sa surdité. Au contact de Reed on va la voir s’ouvrir, évoluer et surtout s’accepter complètement. C’est une femme forte, elle s’est construite seule et a réussi ses études sans aide jusque ici. Mais elle ne se voit pas comme telle et se dénigre beaucoup.
Reed est méga super sexy. Il a 23ans et déjà professeur dans une école spécialisé pour enfants sourds et étudie en même temps. Il est sourd et le vit très bien. Il est à l’aise avec cela et vient même en aide aux personnes sourdes ou malentendantes qu’il croise. Sa vie n’a pas été toute rose non plus il a vécu plusieurs passages difficiles et est aujourd’hui très prudent avec les autres. Il vit en colocation avec son amie d’enfance Val qui est entendante et étudiante pour devenir interprète. Il a un groupe d’amis tous malentendants et/ou sourd qui se rencontre une fois par semaine. Il se débrouille parfaitement bien dans son quotidien avec de multiples astuces.

La plume de cette auteure est une totale découverte pour moi par ce roman et une magnifique découverte. Elle nous transporte dans son monde de sourds et malentendants d’une manière incroyable, elle nous dévoile toutes les astuces des sourds pour des gestes du quotidien auxquelles on ne pense pas comme pour se faire voir, remarquer et entendre des autres ou inversement pour que les autres vous interpelle (comme la sonnette lumineuse ). L’histoire est bien travaillée et par la note finale de l’auteure on sait que c’est son expérience personnelle qui parle et c’est encore meilleure, elle y a mis tout son cœur. Les péripéties et les questions se multiplient et donne un véritable rythme au texte. Aucune longueur, elle nous tient en haleine en distillant au compte de goutte les informations et révélations.

La surdité intensifie grandement le côté émotionnel de l’histoire. Le ressenti est démultiplié vu qu’il communique plus par les gestes, le ressenti, le contact de l’autre et ses expressions corporelles. On est aspiré dans cette spirale et on ressent tout avec eux. Ils m’ont tous les deux véritablement touché, j’ai été très émue à plusieurs reprises jusqu’à versé quelques larmes. Mais j’ai aussi beaucoup ri surtout durant les échanges avec les personnages secondaires en particulier Val et Willow sa petite amie. Ils ont tous un rôle à jouer dans leur histoire et chacun à une personnalité bien détaillée que sa soit les filles ou les sœurs de Carli.

Ce livre est une belle pépite. J’ai vraiment adoré cette histoire, tout y est pour passer un très bon moment. C’est une belle romance particulière certes mais sublime. Je vous la recommande vivement.

received_16234963143377311194487353.png

20677135_354447654985569_1813398249_o

Sex & Lies #1

sex---lies-1016578-264-432

Thème :Suspense – Romance érotique

Date de Sortie : 30 décembre 2017

Auteure :

Synopsis : Alaska est étudiante en archéologie, farouchement attachée à son indépendance et à sa liberté.
Jasper est professeur, britannique et séduisant… Et c’est aussi l’ennemi du mentor d’Alaska, à qui elle doit tout.
Alors par loyauté, elle le hait. En plus, il est arrogant et insupportable, aucun risque qu’elle change d’avis !
Quoique…
Un voyage en Égypte, et tout bascule… Mais être avec Jasper, c’est trahir les siens.
Alaska va-t-elle succomber à l’ennemi ?

Avis :

Un livre qui m’a sauté aux yeux de par sa couverture. Je l’ai tout de suite voulu. La couverture est plus que miam miam. On fait  la connaissance d’Alaska, une jeune étudiante en archéologie, qui travaille le soir dans un café. Un soir elle va faire la rencontre – plutôt cocasse- de Jay, un jeune anglais plutôt séduisant. Il est écrivain, et semble ressentir la même alchimie que ressent Alaska à son égard. L’attirance et réciproque. C’est alors qu’elle va sortir de sa zone de confort qu’elle tente de garder intact, et va le ramener chez lui, pour la nuit la plus sensuel, sexy  et inoubliable de sa vie. Il faut dire que Jay c’est y faire. Moi il m’a donné chaud, surtout quand il a viré les affaires du bureau. Je me suis dit «  punaise, elle en a de la chance la petite Alaska ! Mais au matin, il a disparue. Elle savait que ce n’était que pour une nuit, mais elle est terriblement déçue. Elle part en cours comme tous les matins, et ce qu’elle va découvrir va la mettre dans tous ses états. Sans le connaitre, elle sait qu’elle va devoir le haïr. Il a fait tellement de mal aux personnes qu’elle considère comme sa famille.

Un premier volume très, très alléchant.  Qui se met très vite en place.  Nous somme qu’au début de l’histoire et pourtant on sent déjà ce petit quelque chose qui fait palpiter le cœur. On sent les rebondissements à venir, et puis on se pose plein de question.  C’est une histoire d’amour interdit, et moi j’adore ça, on rencontre un beau britannique, vraiment super sexy. Il semble propre sur lui, mais a-til réellement des choses à se reprocher ? Il y a tout un mystère autour de ce personnage, et j’espère avoir des réponses très rapidement. Car je sens que ça va me rendre chèvre sinon.

Il y a plusieurs possibilité a exploité de la part du lecteur. De quoi attendre avec impatience les tomes suivant, qui, s’ils suivent cette méthodologie ça va faire un super bon livre. De plus la trame et la plume de l’auteure sont très fluides, ça se lit très facilement. Les personnages sont, pour le moment bien travaillé, pareil, on peut se demandé quoi pour le personnage d’Alaska, pourquoi est-elle aussi proche de sa directrice des travaux, ainsi que de sa psy, qui semble être plus que des amies qu’autre chose. Qu’a telle vécu dans sa jeunesse pour qu’elle ne veuille pas sortir de sa zone de confort.

Tout est bien écrit et fait en sorte que le lecture revienne et en redemande encore.

Je suis fan de l’écriture, et je découvre une nouvelle auteure très prometteuse. ! Premier volume d’une histoire de 6 épisodes.

De plus, ce premier volume est gratuit ,alors on cours le prendre !!!

A découvrir et dévoré sans hésitation

19578303_336414763455525_961849756_n

avatr

Concours

26941508_1706014522752576_1012870567_o

Nous vous proposons un concours pour remporter un exemplaire de  » Toi & moi c’est compliqué !  » de Louise Valmont.

Pour participer :

Aimer :
– La page Aux rêves des Mots (dites le nous en commentaire 🙂

– La page des Editions Addictive 
– Commenter la publication
– Partager en mode Public et invité sur votre publication des amies

– Remplir le formulaire

Un petit bonjour et un merci sont toujours plus agréables à lire qu’un simple, je participe. Sans un minimum de politesse votre participation ne sera pas reconnues.

Les conditions devront être toutes remplies afin que votre participation soit acceptée.
Concours ouvert de 17/01 au 22/01

Le lot sera envoyé par notre partenaire  dès le nom de la gagnantes connues.

Ni Aux rêves des mots et les éditions Addictive ne pourront être tenus responsable en cas de perte ou de dégradation du lot.

Bonne chance à toutes et tous.

#LaTeam 💋

 

Heroes

26755549_1705244376162924_533357469_n

Je remercie Olivia des éditions Hugo Romance, pour sa confiance, et sa gentillesse lors de l’envoi de ce Service Presse 

Thèmes : Romance – Mécanique – Australie – Sport Extrême – Super-héros – New Romance

Date de Sortie : 11 Janvier 2018 

 

Auteure : 

21761434_675377959338735_9075189246881911929_n

Battista Tarantini a eu trente ans cette année. Adolescente, elle rêvait d’être agent

 double. C’est chose faite : le jour, elle est épouse, mère – et autre chose qu’elle ne révélera même pas sous la torture. À la tombée de la nuit – parfois jusqu’aux premières lueurs de l’aube -, elle se perd dans les bras de ses hommes de papier, aux cotés d’Amazones qui l’aident à les séduire, les comprendre, et les aimer.
La romance est la clef des champs qui lui permet de devenir n’importe qui, en emportant des lecteurs aussi rêveurs qu’elle.

Synopsis :

La vie a joué un très mauvais tour à Grace. Alors qu’elle commençait des études de médecine, son coeur l’a lâchée et elle a dû subir une transplantation cardiaque. L’organe qui bat désormais dans sa poitrine est en bonne santé, mais il lui est complètement étranger. Ne sachant plus qui elle est, Grace s’exile en Australie, chez sa tante, pour tenter de se retrouver, et donner une nouvelle direction à sa vie. Arrivée dans le bush australien, sa voiture tombe en panne et Z, le garagiste local lui porte secours. Ténébreux, écorché, vif, il répare des voitures en menant une vie solitaire, se contentant de la compagnie de son chien. Grace comprend rapidement que Z n’est pas celui qu’il semble être. Il la fascine, l’attire irrévocablement ; comme elle, il a choisi le désert rouge d’Australie, ses espaces infinis et sa dureté, pour se réinventer.

Au coeur de l’immensité australienne, Z et Grace vont-ils réussir à oublier leur passé ?

 

Avis : 

Vous est-il déjà arrivé d’arriver à la fin du livre et de se dire quoi ? C’est déjà fini ? Mais non ! J’en veux encore et encore et encore. J’en veux toujours plus. Et bien, c’est exactement ce que j’ai vécu à la fin de ma lecture. Battista m’a transporté. Et bien qu’il soit plus épais que ses précédents romans, je ne voulais pas arriver à la fin. Je ne voulais pas quitter Grace & Z qui sont mes héros favoris. J’ai eu un très, très, énorme, gros coup de cœur pour eux. J’ai vécu une histoire magnifique à leurs côtés.

Grace, quitte son Angleterre natale pour l’Australie. Là-bas, elle va rejoindre sa tante Jenna. Agé de 22 ans, elle a dû subir une greffe du cœur, elle a besoin de ce voyage pour se retrouver et savoir qui elle est vraiment mais surtout pour apprivoiser ce nouveau cœur qui est désormais le sien. Mais à peine arrive-t-elle à Leigh Creek, en plein outback, qu’elle va faire la connaissance de Z. Un jeune homme sombre, mystérieux, très énigmatique, qui va faire battre ce nouveau cœur plus que de raison.

 J’ai beaucoup aimé les personnages, on les croit opposés, et en fait, ils se ressemblent terriblement. Grace, malgré ce qu’elle croit est une jeune femme forte, elle est juste un peu perdue, elle a besoin que quelqu’un la remette sur le droit chemin, l’aide à se retrouver et se reconstruire. Jenna a alors l’idée de la faire travailler, afin qu’elle puisse penser à autre chose, mais surtout pour que les habitants de la petite bourgade soient rassurés. À croire qu’ils n’aiment pas trop qu’une nouvelle personne débarque comme ça chez eux. Alors elle s’adonne à plusieurs petits boulots, mais à chaque fois elle ne se sent pas comblée. Jusqu’au jour ou Zepheniah, lui dit de travailler dans son garage, avec lui.

Alalala que dire de Zeph, je crois qu’il prend la première place des bookboyfriend, je suis tombée en amour pour lui dès la première rencontre. C’est une Mention MIC. J’ai plus qu’adoré ce personnage torturé. Mon cœur a fait « boum-boum », ce mécanicien sexy, qui semble avoir vécu mille folies, mais qui souffre éperdument. Originaire de Sydney, il semble fuir quelque chose, ou alors est-ce lui qu’il a envie de fuir ? Que s’est-il réellement passé dans sa vie pour qu’il quitte tout et parte aussi loin de la grande ville. C’est ce que Grace va essayer de comprendre et surtout elle va essayer d’apprivoiser ce beau mécanicien qui sent la terre et le cambouis. Une odeur que je me suis imaginée et qui ne m’a pas quitté tout du long de ma lecture. Malgré toutes ses tentatives, Zeph reste insaisissable, on croit avoir réussi à l’attraper, à le comprendre, mais non, c’est faux.

Battista entretient le mystère autour de son personnage. À chaque chapitre de Z, on se retrouve avec une nouvelle théorie, qui au final ne tient pas la route. Ces tranches de vie, font monter la pression, on est spectateur du vide qui l’entoure. On sait qu’il va se passer quelques choses, on le sent au plus profond de nous, mais quand, où, et comment ?

Impossible de le savoir avant d’avoir le nez dessus. Grace et Z, ont ce lien étrange qui les unit. Le « Vortex » comme l’appelle si bien notre héroïne rouquine. Et du coup, on plonge avec eux dans ce vortex. Il a été intéressant de voir les batailles que chacun de Superman/Batman, et ces vrais héros se livrent. Ils sont brisés, perdus, et seul l’amour pourra les réanimer.

Battista nous livre un roman d’une justesse époustouflante, c’est une magicienne des mots, avec une plume d’une finesse, c’est un vrai régal. J’ai essayé de lire le plus doucement possible, mais c’est impossible, on est happé par l’histoire et les chapitres défilent à une allure folle. C’est un roman très détaillé, on a l’impression de se retrouver dans l’outback, on peut s’imaginer très facilement les paysages, et les différentes scènes.

C’est un réel plaisir à chaque fois de prendre un roman de Battista entre les mains, car on sait qu’on va être comblé, et qu’on va adorer. Et encore une fois elle nous le prouve. On décolle pour l’Australie, ses paysages arides, sa chaleur étouffante, des supers héros aux odeurs de cambouis, des âmes perdues et brisées. On se brise avec eux, et jusqu’au bout, on retient notre respiration. Quand enfin, on fait le saut final, on a cette lueur d’espoir, qui ne nous quitte plus. Et on espère qu’une chose, que notre petit cœur tienne le rythme.

Les personnages sont très bien travaillés et sont authentiques et attachants, les personnages secondaires, une pensée pour Ronald et Jenna, qui m’ont énormément plus. Ils apportent un nouveau souffle à l’histoire. Ils sont très importants, et ça n’aurait pas été pareil s’ils avaient été différents.

C’est un roman qui ne se lit pas, il se vit. Car au travers ses mots, l’auteure mets sur table des sujets assez lourd, qui fond réfléchir, et surtout qui donne de l’espoir sur la vie. Une histoire remplie d’émotions, de sensation forte. J’ai toujours autant de plaisir à lire le roman de Battista, qui est l’une de mes auteures phare.

Un coup de cœur XXL pour ce magnifique roman. J’ai bien envie de le recommencer tout de suite, histoire de le redécouvrir une nouvelle fois

19489638_334150273681974_1716748613_n

avatr

 

Wild Crows #1 : Addiction

25436264_1976472652673998_819980157_n

Thème : bikers, gang américain, retrouvailles familiales, romance
Date de sortie : 18 janvier 2018
Auteure : FB_IMG_1515922299880Blandine P. Martin est née en 1987. Grande rêveuse dans l’âme, elle utilise l’écriture comme une échappatoire au quotidien. Historique, science-fiction, fantastique, paranormal, chick-lit, New Adult… elle navigue avec passion dans tous les univers et tous les genres, avec pour seul gouvernail la romance, qui régit toutes ses histoires. Blandine est une auteure qui place les sentiments et l’instinct au cœur de chacun de ses romans. Et savoir qu’elle a une très longue « pile à écrire », bourrée de nouveaux projets et personnages qui n’attendent que de prendre vie, devrait ravir tous ses lecteurs…
Synopsis : Suite au décès de sa mère, Joe hérite d’un courrier lui dévoilant le nom de son père biologique, ainsi que l’endroit où il vit. Esseulée, et démunie face à son deuil, la jeune infirmière décide de tout plaquer pour partir en quête de ce père inconnu, un certain Jerry Welsh, propriétaire d’un bar et dirigeant d’un club de moto en Californie.
Surpris de découvrir l’existence de sa fille de 27 ans, Jerry accepte malgré tout de lui donner sa chance, et lui fait une place dans son monde à lui, mais aussi dans sa famille : celle de sang, comme celle de coeur. Joe découvre la véritable identité du club. Plus que des passionnés de motos, ces hommes forment un véritable gang ayant la main mise sur toutes sortes d’économies parallèles.
Novice dans ce milieu, Joe s’apprête à mettre les pieds dans un univers dont on ne ressort pas indemne.
Avis : Je tiens à remercier Blandine pour ce service presse. Ce roman est le premier que je lis de cette auteure et m’a donc permis de découvrir sa plume. L’histoire est basée sur l’univers des bikers et s’inspire de la série culte Sons of Anarchy. J’avais donc hâte de plonger dans ce livre.
On découvre donc Joe alias Joséphine, le personnage principal de ce premier volet. Elle vient de perdre sa mère suite à un long combat contre le cancer. Sa défunte mère lui a laissé une lettre où elle lui indique qui est son père et où le trouver. Après une réflexion assez rapide, Joe part à l’aventure et prend la route pour voir son père Jerry Welsh. Elle arrive dans une ville Monty Valley et plus précisément devant un complexe qui contient un garage , un bar et un motel. Elle découvrira rapidement que son paternel est le dirigeant de tout ce complexe et de tous les bikers qui le compose. Elle lui apprend leur lien de parenté et suite à ça elle prend la décision de rester sur place pour faire plus ample connaissance. Il lui propose alors de loger dans un de ses appartements. Après un tour de propriétaire et suite à l’absence d’une serveuse il lui demande de bosser dans le bar ce qu’elle accepte. Joe va alors être au centre du club et découvrir au fur et à mesure tous les vices cachés des bikers et leurs réelles occupations au-delà de la mécanique. Mais va-t-elle réussir à s’intégrer dans ce milieu ? Que cache son père ? La curiosité débordante de Joe ne causera t’elle pas sa perte en la mettant en danger ?
Joe est une jeune femme dynamique, infirmière de métier. Elle vit une vie tranquille et sereine jusqu’au décès de sa mère où elle sombre dans la tristesse. Elle va vouloir rencontrer son père pour soulager sa peine. Et cela va fonctionner, on retrouvera la jeune femme pleine de vie et de caractère. Elle n’a pas sa langue dans sa poche et elle ne se laissera pas faire face aux bikers. Son physique ne la fera pas passer inaperçue et quelques bikers tenteront de la charmer malgré les avertissements de Jerry qui a interdit à ses frères de toucher à sa fille. Son plus gros trait de caractère qui ne sera pas toujours un atout est sa curiosité. Tête brûlée et têtue elle va donner du fil à retordre aux membres du club qui ne sont pas habitués à ce genre de comportement de la part de gente féminine.
Les autres personnages sont tous attachants. On apprend à connaître le groupe des Wild Crows au complet et chacun à son trait personnel pour nous séduire. La description de chaque personnage est très bien travaillé. Que ce soit Jerry qui laisse une place à sa fille dans sa vie dès les premiers instants même si je trouve que la confiance qui lui accorde est trop rapide et parfois peu crédible. Il lui dévoile des secrets importants sur le club qui pourrait le mettre à mal lui et les autres. Ash qui parait froid développe avec Joe une belle relation amicale et très joueuse, les surnoms qu’il donne à Joe deviennent un jeu entre eux. Mack le tombeur de ses dames qui est près à tout pour séduire la nouvelle. Et Mona la maman de tout ce club et femme de Jerry qui prend Joe sous son aile et lui explique ce qu’elle doit savoir. Même Casey nous attendri. Tout ce travail mené sur les personnages, leur descriptif et l’univers d’un club sont le point fort de ce roman. On se rend bien compte de chaque aspect qui compose un biker de club : la loyauté, le côté dragueur et macho, et leur côté dangereux et sérieux lors des différentes affaires.
Malheureusement, je trouve que cela est au dépens de l’action. Elle est peu présente et distillée au compte de goutte durant la lecture. La narration aux deux points de vue celui de Joe et de Jerry aide à mettre un peu de mouvement dans cette longueur par celui de Jerry. On voit le côté sombre des deals et les scènes d’action viennent de là mais elles ne sont vraiment pas nombreuses. La romance est aussi absente dans ce premier tome et cela m’a manqué. Ce premier volet est un tome de découverte et de mise en place des personnages et de l’univers.
La plume de Blandine que j’ai découverte est fluide, riche et agréable à lire ce qui nous transporte à Monty Valley et nous fait tourner les pages facilement mais je n’ai pas été tenu en haleine par l’intrigue en soit. Quelques fautes d’orthographes sautent aux yeux mais ne gêne que très peu la lecture. Les émotions elles sont bien présentes. La jeune femme passe par toute une palette de sentiments que l’on ressent avec elle. Et la fin en cliffhanger nous promet un tome deux beaucoup plus mouvementé que celui-ci où la romance commencera à apparaître.
C’est donc un avis mitigé pour moi. L’univers et les personnages m’ont tout de suite séduite mais le manque d’action et de romance m’ont laissé un sentiment de manque durant ma lecture. Si vous aimez les livres avec beaucoup d’action et de la romance érotique ce livre n’est pas fait pour vous, les suivants seront sur une romance non érotique mais pleins de rebondissements. A l’inverse, si vous aimez les romans détaillés avec un travail de titan fourni par l’auteure sur chaque personnage et leur personnalité, et sur les liens entre chacun vous trouverez votre bonheur dans cette lecture. J’espère me régaler sur les prochains tomes.
19578303_336414763455525_961849756_n

received_354447654985569558230662.png

Les trois talents #1 Le conteur d’histoire

les-trois-talents,-tome-1---le-conteur-d-histoires-1009044-264-432Thème : Romance Contemporaine – Journalisme – Érotisme – Romance – BDSM – New Adult

Date de Sortie  : 12 octobre 2017 

Auteure : emma-cavalier-1009027Emma Cavalier est bibliothécaire et vit à Paris.
Son premier roman, Le Manoir, a été salué par la critique et le public. Il a obtenu en 2011 le prix Eros Evian du meilleur premier roman érotique. On retrouve les personnages du Manoir dans un nouvel opus paru en 2015, « Légendes du Manoir ».
Emma Cavalier est également l’auteure d’une trilogie sur le thème du sentiment amoureux, disponible chez Pocket : La rééducation sentimentale (2013), l’Éveil des sentiments et Un sentiment d’éternité (2014). Tous ces ouvrages sont paru initialement aux éditions Blanche, dirigées par Franck Spengler.
En 2017 elle se lance dans la New Romance avec Les Trois Talents, une trilogie aux éditions Hugo New Romance.

Synopsis : Quand les rivalités attisent le désir…

Brillante et ambitieuse étudiante en journalisme, Élisabeth est stagiaire pour le quotidien Azur matin.

Face à elle, un redoutable rival, Alexander Welles.

Et quoi de mieux pour tenir sa concurrente que d’avoir les preuves qu’Élisabeth utilise son ordinateur pour se rendre sur des sites de rencontres ?

Alexander va exercer un chantage sur Élisabeth : soit elle passe la nuit avec lui, soit il révèle son secret. Il va entraîner Élisabeth dans des jeux érotiques qui répondent aux fantasmes enfouis de la jeune femme qui se donne sans retenue aucune.

Tombera-t-elle amoureuse de son rival et maître chanteur ? Devra-t-elle choisir entre la réussite et l’amour… ?

Avis : 

Voilà un petit moment que j’avais envie de lire ce roman. Après avoir échangé pas mal avec l’auteure Emma Cavalier durant le Festival New Romance de Cannes en septembre dernier, elle m’avait conquise, de par sa gentillesse et du temps qu’on avait passé à parler toutes les deux. Je me suis promis de lire son roman. Et je me suis enfin décidé. Il faut dire que la couverture est plutôt jolie. Le résumé assez prometteur.

On fait la connaissance de Elisabeth, qui commence un stage dans le journal Azur Matin, elle espère décrocher la bourse Perdini, qui lui permettrai de partir un an à New York. De nature studieuse, ambitieuse, elle aime bien faire la fête et en profite autant qu’elle peut. Elle adore embêter Tom, son petit frère, se faisant souvent des blagues. C’est comme ça qu’elle découvre le site Fetlife sur l’ordinateur de son frère. Curieuse, elle va s’inscrire sur le site et va vite faire connaissance d’un jeune homme. London Angel. Ils échangent beaucoup. Ils se livrent beaucoup l’un à l’autre sans jamais trop en dévoiler. La règle numéro 1, c’est de rester dans l’anonymat le plus total. Il l’amène très facilement dans les jeux érotiques auxquels ils s’adonnent très souvent. Elle se découvre et découvre une nouvelle sorte de plaisir.

Mais un soir, alors qu’elle se croyait seule au bureau, elle se fait choper car son binôme, mais aussi son redoutable adverse pour la bourse : Alexander Welles, la trouve en train de regarder des photos que London Angel lui a envoyé . Jeune anglais, au look plutôt sexy, jeans délavés, chemise bûcheron, cheveux effet « je sors du lit » et la barbe. Moi, j’ai tout de suis craqué pour ce jeune imbu de lui-même. Tout dans son attitude pu le sexe à des kilomètres, mais on voit aussi un garçon qui veut réussir. Il reste cependant très mystérieux, et n’hésite pas à mettre le masque du parfait connard pour qu’on ne s’approche pas de lui.

J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire, j’ai eu du mal à comprendre le contexte au tout début. Les chapitres en italique qu’on retrouve une fois de temps en temps entre certains chapitres m’ont pris au dépourvu et à chaque fois, je me suis dit « mais ça sert à quoi tout ça ? » Et plus on avancait dans l’histoire et plus j’ai trouvé cela pertinent. Beth, se livre énormément dans ces chapitres, on découvre ses pensées les plus profondes. On comprend le pourquoi du comment à la fin du tome 1.

Par contre, une fois que les bases ont été posé, qu’on a bien cerné les personnages, on rentre dans un roman vraiment surprenant. C’est d’un érotisme, c’est ni soft, ni extrême, juste très bien écrit. Si lui joue avec les orgasmes de Beth, Emma Cavalier joue avec les sentiments du lecteur. C’est à la fois frustrant et ça passe très vite. On ne se rend pas compte que les pages se tournent à une vitesse folle.

L’intrigue est vraiment très intéressante, les deux héros, malgré leur concurrence, développent une relation intime qui va se développer. On a cette dualité qui prend le lecteur aux tripes. On sait pertinemment comment ça va se terminer, mais pourtant jusqu’au bout, on va espérer. J’ai beaucoup aimé le passage qui se passe à Londres, Lex, fait découvrir un monde de soumission à Beth, elle s’abandonne dans ses bras et est en totale abnégation. Elle est très ouverte et j’ai vraiment beaucoup aimé son personnage, elle si forte, qui n’a pas sa langue dans sa poche, qui sait ce qu’elle veut. Devant lui, elle devient une marionnette. Il la façonne à sa manière, comme il l’entend. Son côté attentif qu’on voit dans la sphère privé est en totale contradiction avec son masque de parfait connard qu’il a le reste du temps. C’est assez déstabilisant.

Les personnages sont très bien recherchés, ils sont si différents, Lex ne se livre pas, et devient assez méchant quand on s’intéresse de trop près à lui, alors que Beth se livre sans pudeur.

Son côté attentif qu’on voit dans la sphère privé est en totale contradiction avec son masque de parfait connard qu’il a le reste du temps. Leur concurrence, leur pratique, leurs nuits ensemble. C’est d’une intensité extrême. Je ressentis beaucoup d’émotions, et la fin se termine en apothéose, je m’attendais à quelque chose dans ce genre, mais absolument pas cette fin-là. J’ai eu énormément de colère et de tristesse pour ce couple qui n’en n’est pas un. Tout les deux ont fait des erreurs, mais si Beth semble vouloir réparer les choses, Lex reste camper sur ses positions.

Quelques longueurs au début, beaucoup de mal à me mettre dans l’histoire, mais au final, je ne regrette pas d’avoir persévéré dans cette histoire et de découvrir ce roman. Les péripéties s’enchaînent, les rebondissements de plus en plus intenses.

Un premier tome que j’ai apprécié, j’ai hâte de découvrir le tome 2 et voir ce que l’auteure nous réserve.

19578328_335864896843845_1966842752_n

avatr

Les Héritiers #1 La Princesse de papier

51TR6kMEm2L._SX195_

Thème : Young Adult – New Adult – Romance Contemporaine – Héritage – Strip-teaseuse
Date de Sortie : 4 Janvier 2018

4Auteure :

Erin Watt est le pseudonyme qui réunit deux auteures de New Romance (Elle Kennedy & Jen Frederick), liées par leur amour des belles histoires et leur addiction à l’écriture. Elles partagent leur créativité et adorent plus que tout s’amuser en lançant des idées originales, parfois même un peu folles. Elles partagent également leur amour pour leur famille et leurs animaux de compagnie.

Synopsis : 

UNE NOUVELLE VIE.

POUR LE MEILLEUR OU POUR LE PIRE ?

​Ella Harper est une battante, une éternelle optimiste. Elle a passé sa vie à déménager de ville en ville pour suivre sa mère, à avoir des fins de mois difficiles et à penser qu’un jour elles allaient s’en sortir. Mais quand sa mère meurt, elle se retrouve seule au monde…

Jusqu’au jour où Callum Royal apparaît dans sa vie. Finis la galère et le club de strip-tease pour payer ses études. La voilà dans le grandiose manoir des Royal. De l’argent, du luxe du confort…

Et… les cinq fils de Callum.

Tous la détestent, tous sont désespérément attirants. Le plus charismatique d’entre eux, Reed Royal, est celui qui est le plus déterminé à la renvoyer là où il pense qu’est sa place, dans un monde de dénuement qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Il ne veut pas d’elle dans sa vie. Il ne veut pas lui faire une place dans le petit monde huppé des Royal.

Et s’il avait raison ?

Argent, excès, tromperies, faux-semblants. Tout un univers qu’Ella découvre avec stupeur. Si elle veut survivre dans le royaume des Royal, il va falloir qu’elle apprenne à édicter ses propres règles royales.

Avis : 

Je vais être honnête avec vous, au départ, je n’avais absolument pas prévu de lire ce roman. Comme vous le savez, je suis le genre de personne qui met tout dans la couverture. Et ici elle ne me plaisait vraiment pas. Heureusement que j’ai entendu énormément de bien dessus, ce qui m’a poussé à le lire. Et LA ! Je suis bien contente d’avoir mis de côté mes a priori, car j’ai surkiffé ma lecture. 

On fait la connaissance d’Ella harper qui a 17 ans, qui a perdu sa maman des suites d’un cancer. Elle ne connaît pas son père, juste qu’il s’appelle Steve. De lui, elle n’a qu’une magnifique montre dont elle ne se sépare jamais. Depuis ses 15 ans, elle subvient à ses propres besoins, mais pour éviter d’être placé dans une famille d’accueil après le décès de sa maman, elle quitte sa ville Seattle et pat s’installer à Kirkwood. Pour pouvoir étudier, elle n’hésite pas à usurper l’identité de sa maman pour la signature des papiers. Elle a un logement, et travail en tant que strip-teaseuse le soir. La vie est super dure, elle ne mérite pas sa vie, elle est battante, et cherche juste à réussir. Elle a un caractère de feu et n’a besoin de personne pour s’en sortir. Elle n’a pas honte de sa vie et n’hésite pas à remettre les gens à leur place. Elle veut sortir de la misère. 

Mais quand un jour un certain Callum Royal se pointe à son lycée et prétend être son tuteur légal, et il prend son rôle bien a cœur. Il est riche de chez riche, à la tête d’Atlantic Aviation, il lui fait une offre qu’elle ne peut pas refuser. La voilà qui part s’installer chez la famille de Callum, là-bas, elle fera la rencontre de ses cinq nouveaux frères. 

Les frères Royal ? OH MON DIEU. J’ai été hyper intimidé, je me voyais, à la place d’Ella, et je ne faisais pas la maligne. Non mais se retrouver face à Gideon, Reed, Easton, Sébastien et Sawyer, ça nous laisse pas indifférent. Imaginez 5 beaux gosses, totalement Bad boy, qui vont se donner un malin plaisir à la malmener dans l’unique but de la faire fuir. Ils vont lui faire vivre un enfer. Persuadés que leur père a une relation avec la jeune fille. Ils y vont tous de leur petite pique, de leur méchanceté, ce qui rend son arrivée dans une nouvelle famille, un nouveau lycée vraiment pas facile. Callum veut absolument qu’elle s’intègre et oblige ses fils à s’occuper d’elle et à l’amener partout avec eux. 

Mais comment la jeune femme peut-elle se sentir entière et intégré quand Reed, le plus machiavélique des frères semble réellement vouloir la faire fuir ? 

Ce jeune homme est assez compliqué a cerner, il a été mon préféré avec Easton. Mamamia les deux-là, ils sont hot de chez hot ! 

Il n’aime pas Ella, il lui fait d’ailleurs très bien comprendre, il veut qu’elle parte. Cependant, plus on apprend à le connaître, plus on découvre en lui un jeune homme cassé, depuis la mort de sa maman, il est perdu et semble vouloir se détruire. Ella le comprend très vite, et le fait d’avoir cette tristesse en commun, ils voient les choses différemment et décident de faire une trêve… Très vite, la jeune Ella se retrouve sous la protection des frères et Reed semble de plus en plus proche d’elle. J’ai trouvé un chouilla trop rapide. Ils se détestent et d’un coup ils se protègent mutuellement. C’est assez rapide, on ne voit pas la relation changer.

Ses sentiments changent, ils se développent, deviennent plus fort. Mais est-il sincère ? Où est-ce une idée de plus pour la faire partir ? 

Au début, je le pensais vraiment sincère, puis il y a eu la fin, et la, je suis perdue. Je ne sais absolument pas quoi penser. Reed, le cadet de la fratrie est juste un personnage énormissime. Déjà, il a la mention MIC (ses frangins aussi d’ailleurs). On rencontre 5 jeunes hommes issus d’une famille aisée, très différents, mais très unis. Chacun a leur manière souffre et a une façon de faire passer cette douleur assez spécialement. Ils en veulent à leur père, qu’ils tiennent responsable de la disparition de leur mère. Mais au fond d‘eux il y a quelque chose de bons. 

Addictif. Entraînant. Chaud. 

Un premier tome vraiment très, très prometteur, j’ai adoré découvrir ce premier tome et je me languis d’avoir le tome 2. Je ne m’attendais pas à avoir une fin telle que celle-ci. Ça laisse entrevoir une infinie de suite, qui peuvent être très différentes suivant l’angle d’attaque des auteures. 

Une plume vraiment particulière, qui mélange deux auteures, sous le pseudonyme Erin Watt, se cache un très beau talent. L’auteur manie l’art et la manière de nous faire rebondissement sur rebondissement. Et même si certains se devinent très facilement, on se laisse happer. On accroche dès les premières lignes. J’ai eu beaucoup de mal à quitter mon livre. Erin Watt nous tient en haleine tout du long et nous frustre avec la fin du tome 1. 

Plusieurs tomes sont déjà écrits et s’ils sont tous sur la même trame, ça promet des heures de lecture et on va avoir chaud, on va être en colère face à ses personnages qui nous rendent chèvres. Et on va espérer de ne plus être frustré ! Ce livre se lit très rapidement, chaque chapitre se vit, les interactions et les joutes verbales du début sont hilarantes, et franchement, j’envie la vie d’Ella, car vivre avec cinq beaux gosses qui se baladent presque à poils chaque jour, ça n’a pas de prix. Sauf peut-être cette fin. Une fin frustrante, qui finit en gros cliffhanger. 

Un gros coup de cœur pour ce premier tome. Viiiiite la suite 

40374379_467855890291467_4577514803353878528_n

 

40439191_886749688189003_6868301254955630592_n

 

 

 

 

 

 

 

 

Avis :

Bon sang ce livre est juste incroyable ! La cover ne donne pas vraiment envie mais quelle erreur, c’est de la méga bombe.

Ella, 17ans, a perdu sa mère à l’âge de 15ans et elle n’a jamais connu son père. Elle sait juste qu’il s’appelle Steve et il a laissé une montre à sa mère avant de partir à l’armée, il ne sait même pas qu’il a une fille. Elle se retrouve donc seule et se débrouille comme elle peut pour échapper au service social et ne pas aller en famille d’accueil. Pour cela elle s’est installée dans la petite ville de Kirkwood, s’est inscrite au collège en imitant la signature de sa mère et vit avec son salaire de stripteaseuse. Jusqu’au jour où elle est convoquée dans le bureau du directeur et que l’homme présent avec lui s’annonce comme étant son tuteur légal car son père est décédé. Gros choc pour elle, elle arrive à mettre le doute au directeur concernant les dires de cet homme et à fuir du bureau. Mais ce dernier, Callum Royal, la retrouve au club de striptease et l’emmène avec lui de force à Bayview, là où il vit avec ses quatre fils : Reed, Easton, Sawyer et Sébastian le cinquième, Gideon, étant à la fac. Sur le chemin il lui propose un deal, si elle reste chaque mois il lui donne 10000 dollars en cash et des primes si elle a ses examens et son diplôme universitaire. C’est très alléchant mais elle se méfie, il lui explique qu’il est le meilleur ami de son père défunt et PDG d’Aviation Atlantic, une multinationale qui lui rapporte des millions et qu’il doit s’occuper d’elle comme si c’était sa fille selon la volonté de Steve. Elle finit par accepter en gardant des réserves et elle fait bien, à peine arrivée elle tombe face à un mur de quatre hommes, les frères Royal, qui lui montre clairement qu’ils ne veulent pas de sa présence ici. Elle ne se sentira pas à sa place entre l’opulence dans laquelle ils vivent et la méchanceté de son nouveau lycée Astor Park où les frères Royal règne en roi. Mais elle ne se laissera pas faire, ni par les frères Royal ni par les autres élèves, la guerre est déclarée et en particulier avec Reed qui, malgré elle, ne la laisse pas du tout indifférente.

Qui va remporter la guerre ? Jusqu’où les frères Royal sont-ils prêt à aller ? Pourquoi la déteste-t-ils autant ? Que cache cette famille ? Et surtout Ella va-t-elle sortir indemne de toute cette histoire ?

Ella n’a pas été épargné par la vie, sa mère était stripteaseuse et très volage avec les hommes. Elles ont déménagé sans cesse au gré des nouveaux petits copains de sa mère ou de l’endroit où sa mère trouvait un nouvel emploi. Elles étaient pauvres et vivaient au mieux, sa mère l’aimait énormément et était toujours présente pour elle jusqu’à son cancer et son décès. Ella a du tout prendre en charge et assumer comme une adulte. Elle est très intelligente et bosseuse ce qui lui a permis de s’en sortir et elle est très jolie ce qui lui a fournit ce job de stripteaseuse qui paye bien. Elle a un caractère de feu et ne se laisse pas faire. Elle va trouver une amie à Bayview, Val, sur qui elle peut compter dans cette guerre.

Reed, oh Reed, beau gosse, arrogant, riche, avec un tempérament de feu et un regard qui vous enflamme autant qu’il vous glace. C’est lui le chef des frères Royal depuis le départ de Gideon et il en est de même à Astor Park. Tout le monde écoute et suit les décrets des Royal sous peur de représailles et pour cause ils ont tous les quatre le physique et le look de Bad boy et n’ont pas peur de se servir de leurs poings. Ils ne veulent pas d’Ella alors tout le monde l’ignore ou la rabaisse. Mais sous leurs carapaces, ils cachent tous des failles énormes qui ne demandent qu’à être recollées. Ils sont tous chauds et torrides mais Reed et Easton sont les plus caliente et ils s’en servent. Mention MIC pour tous les deux.

Même si j’ai déjà lu des romans d’Elle Kennedy, c’est la première fois que je la lis en duo sous le pseudonyme d’Erin Watt et je suis totalement et irrémédiablement sous l’addiction de leur plume. C’est bien pensé, bien amené et tellement intense. On ne peut pas reposer le roman sans l’avoir fini tellement c’est addictif et que les péripéties plus folles les unes que les autres s’enchaînent. Et même arrivé à la fin on se jette sur le second roman car elle est juste abominablement frustrante comme on les aime.

J’ai tout surkiffé dans ce livre, je dis bien tout. On est transporté dans la famille Royal tel un ouragan et on ne veut pas en sortir. Ils sont tellement arrogant, méchant, plein de vices qu’on les déteste vraiment mais on les aime tout autant. Ils nous attirent irrémédiablement et nous font vibrer. La guerre entre les frères et Ella amène une tension et une intensité folle au roman, on est soumise au bon vouloir des auteures et on en redemande. On s’énerve, on crie, on aime et on vit à 200% l’histoire avec nos héros et que c’est bon. Tout en nous faisant vivre une romance folle, les auteures amènent des sujets difficiles comme la perte d’un parent, le harcèlement scolaire, les préjugés et bien d’autres avec beaucoup de justesse et de véracité.

J’ai dévoré ce roman en quelques heures à peine, c’est un énorme coup de cœur. Je ne peux que vous conseillez de foncer et de lire cette pépite. Mais pensez à vous procurer les suivants avant car la frustration est trop grande à la fin de ce premier tome. À dévorer sans modération.

40510722_1858278570918696_6118503216087826432_n

40461422_1934225413544447_5132543020310200320_n