Nos faces cachées

nos-faces-cachees-693643-264-432

Thème : Romance – Drame – Amour – Histoire de vie – Amitié – Mort

Date de Sortie : 22 janvier 2015

Auteure : 

amy-harmon-355561-250-400.jpgAmy Harmon fait partie de ces rares auteurs auto-édités figurant au palmarès des meilleures ventes du New York Times. Dès sa plus tendre enfance, Amy a su qu’elle voulait devenir auteur, partageant ainsi son temps entre l’écriture de chansons et celle de ses histoires.
Chanteuse, elle a également sorti un album de blues gospel en 2007 intitulé « What I Know ». Elle est l’auteur de cinq romans pour jeunes adultes. Véritable phénomène d’auto-édition aux États-Unis, « Nos faces cachées » a bouleversé la blogosphère et les lecturs de tous âges.

Synopsis : 

Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l’on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connait un rayon, elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu’il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu’à ce qu’il cesse de l’être…

Nos Faces Cachées est l’histoire de cinq amis qui partent à la guerre.

L’histoire d’amour d’une jeune fille pour un garçon brisé, d’un guerrier pour une fille ordinaire.

L’histoire d’une amitié profonde, d’un héroïsme du quotidien bouleversant.

Un conte moderne qui vous rappellera qu’il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous…

Avis : 

Il est juste impossible de rester insensible sur cette histoire. Déjà quelques semaines que je l’ai lu et je ressens toujours des frissons. Cela faisait des mois que je n’avais pas pleuré en lisant un roman, mais ici, malgré l’envie de retenir mes larmes, elles ont coulé toutes seules. Et ceux pour plusieurs raisons. J’ai été chamboulé comme pas possible. Il y a des moments tristes, à la limite du désespoir, d’autres qui sont bourrés de courage, de bonté, et enfin certains qui montrent que la vie est belle et qu’elle mérite d’être vécue, ces moments nous fond même sourire… Mon cœur a battu la chamade à plusieurs moments. Les sujets abordés sont très durs, et ils font beaucoup réfléchir. On se rend compte que la beauté n’est pas que physique, que la vie est superficielle, et qu’au final on n’a pas besoin de tout cela pour être heureux. Ce livre n’est pas une simple histoire d’amour. C’est surtout l’amour de soi, de l’acceptation et de la reconstruction…

Ferne Taylor est une jeune femme qui depuis sa plus tendre enfance n’aime pas son image, se trouvant fade, elle ne voit pas sa réelle valeur. Elle n’est ni belle ni moche, et elle ne s’aime pas. Fille du pasteur de la petite bourgade, elle est toujours fourrée avec Bayle son cousin malade, et Rita leur meilleure amie. Sa plus grande qualité est qu’elle aime prendre soin des gens qu’elle aime. Et quand elle aime, ce n’est pas à moitié, c’est corps et âme. Surtout de Bayle. Amoureuse depuis sa plus tendre jeunesse, de Ambrose Young, elle sait très bien qu’elle n’aura jamais sa chance avec. Elle est invisible pour ce jeune homme populaire.

Je me suis attachée à cette jeune fille, elle est l’une des héroïnes les plus naturelles, gentille et qui semble le plus réelle dont j’ai pu lire l’histoire. Il est très facile de s’identifier à elle. J’ai eu l’impression qu’elle aurait pu être une amie que j’aurais adoré. J’ai eu l’impression d’être proche d’elle. Elle vit au travers de ses livres, elle est pleine de vie et intelligente. Son manque de confiance en elle, et son problème d’acceptation de soi, elle n’arrive pas à se rendre compte de la belle femme qu’elle est devenue en grandissant. Bref, j’ai eu un coup de cœur pour elle. Vraiment. Et plus on avance dans l’histoire, plus elle grandit, et sa vision du monde ne change pas réellement, elle a compris que la beauté extérieure ne faisait pas tout, et quand elle renvoie Ambrose des années plus tard, elle se rend compte que même s’il a changé physiquement, elle ne s’y arrête pas, loin d’être dégoutée, elle sait que ses sentiments sont toujours présents pour lui, et même s’il veut la tenir éloignée de lui, il n’y arrivera pas.

Ambrose Young est un garçon qui est beau comme un dieu, accompagné de ses quatre acolytes, ils sont toujours fourrés ensemble. Ambrose a une particularité, il est doué dans tout ce qu’il fait. Il a un bel avenir dans la lutte. C’est comme si tout ce qu’il touchait se transformait en or. Vraiment, il y a de quoi tomber amoureuse de ce jeune homme. Comme Ferne, on le voit grandir, puis, un jour, jeune adulte, le 11 septembre 2001 le touche au plus profond de lui-même. Ayant du mal a comprendre la monstruosité des gens, il a se désire de vouloir s’engager dans l’armée. Et vu qu’il ne fait rien sans ses amis, il les entraîne avec lui. Mais malheureusement, la guerre fait des ravages. Et à partir de ce moment-là, les larmes ont coulé. Et rien que d’y repenser, j’ai la larme à l’œil. Il va rentrer détruit par tout ce qu’il a perdu là-bas… Il a changé comme jamais. Et la culpabilité ne le perdra jamais. S’il était sûr de lui, aujourd’hui ce n’est plus le cas. Et je dois dire que vraiment, je ne l’en aime encore plus. Sa personnalité est juste sublime. Le voir aussi démuni, aussi attristé, mon cœur s’est brisé plus d’une fois. Et au contact de Ferne, il s’ouvre. Comme Ferne, c’est l’un des meilleurs personnages que j’ai pu connaître dans un livre. Cet homme est juste parfait. Il n’y a rien à redire sur lui. Sa seule erreur a été de vouloir rendre le monde meilleur et il en a payé le prix fort.

Elle va panser ses plaies, il va lui apprendre la confiance en elle.

Il y a aussi Bayle, un jeune homme atteint de myopathie de Duchenne, qui a le cœur sur la main, et, malgré sa maladie, c’est surement lui le plus heureux des protagonistes. L’histoire n’aurait jamais été la même s’il n’avait pas été présent. Il rajoute du peps. J’ai adoré le voir interagir avec Ambrose, ces deux-là, se comprennent vraiment très bien. Bayle sait lire au travers des gens qui l’entoure, et c’est sa plus grande qualité. Bref, un coup de cœur pour lui aussi. Et wow, il ne laisse rien paraître, et pourtant sa maladie, le bouffe petit à petit.

À eux trois, ils donnent le ton à l’histoire, battissent les murs, donnent les bases. Ils sont juste époustouflants !

Vous l’aurez compris ce livre est un très, très gros coup de cœur, pour les personnages c’est un fait, mais surtout pour l’histoire. Le synopsis ne laisse vraiment pas apercevoir ce qu’on va trouver dans le livre, et je dois dire que c’est une sacré claque. Je m’en suis pris une en pleine face, et cela m’a fait énormément de mal. Un uppercut en plein estomac. L’auteure parle de sujet sensible, et aujourd’hui, 17 ans après les attentats du 11 septembre, je suis toujours autant touchée, et la plume d’Amy Harmon permet de se mettre à la place d’un Américain, qui a vécu ce moment qui a changé leur vie. On comprend l’envie de Ambrose de partir faire la guerre en Irak, son besoin de rendre le monde meilleur, et ce, même s’il est pourri jusqu’à la moelle. Cependant, pour un Youngadulte, je trouve les sujets parfois durs, je ne le mettrais pas dans les mains de n’importe qui. Les sujets sont quand même forts. Et c’est là qu’on se rend compte qu’au final, notre vie n’est vraiment pas si moche que ça.

Les rebondissements sont époustouflants, la plupart, on ne les voit pas venir, je pense notamment à Bayle, et encore une fois mon cœur se serre. La bourgade D’hana Lake à des gens vraiment aimant qui aime la vie, et celle-ci ne cesse d’abattre tristesse et désespoir. Heureusement, les petites intentions de Ferne mettent du baume au cœur pour un petit moment.

En débutant ma lecture, je pensais vraiment tomber sur un livre simple, sans prise de tête. J’avais adoré l’infini+un, qui avait été un coup de cœur, mais ici on est à un level bien au dessus. Il est addictif à souhait, on ressent une myriade d’émotions. On rit, on pleure, on espère. On vit le roman à fond, et on ne voit pas les pages se tourner.

Enfin,voilà, je referme ce livre avec un pincement au cœur, j’ai été surprise au plus haut point, et c’est déstabilisant. Mais j’ai l’impression d’avoir grandi d’un coup, d’être encore plus adulte que je ne le suis déjà. C’est très déroutant. Et la seule chose que je regrette, c’est d’avoir attendu aussi longtemps pour le lire, car je suis passée à côté d’une pure merveille.

Surement l’un des livres les plus touchants et réalistes que j’ai pu lire. Et mon plus beau coup de cœur.

40510722_1858278570918696_6118503216087826432_n

40439191_886749688189003_6868301254955630592_n

3 commentaires sur “Nos faces cachées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s