Fallait pas me chercher !

Je remercie Carole de la Team Addictive pour l’envoie de ce Service Presse.

Thème :

Romance érotique – Passion – Désir – Sensualité – Sexe – ÉrotismeVikingBodygard

Date de Sortie :

19 décembre 2020

Auteure :

Nous sommes deux «tout juste trentenaires » qui n’aiment pas trop parler d’elles… mais beaucoup parler d’amour et d’écriture ! 🙂

Notre pseudo est un clin d’œil à la série qui a bercé notre adolescence, Friends, et à l’une des premières histoires d’amour impossible qui nous a marquées : celle de Ross et Rachel. Greene (qu’on a simplifié en Green) est le nom de famille de Rachel, le personnage auquel on s’identifiait le plus : marrante, imparfaite, un peu névrosée, très romantique, et capable de se moquer d’elle-même. Emma est le prénom de la fille que Rachel et Ross finiront par avoir ensemble… parce que l’amour triomphe toujours, c’est un fait ! Et la dernière raison : c’est un peu plus sexy que Phoebe Buffay, comme pseudo.

(…) De façon générale, on peut dire qu’on partage la même sensibilité : on aime rire, s’émouvoir, rêver, trembler, pleurer (et croyez-nous, on a la larme facile !). Ce sont toutes ces émotions qui nous animent et qu’on essaie de transmettre à nos lecteurs.

Synopsis :

Valentine Cox, 24 ans, vit à Los Angeles. Elle est à la tête d’une fortune colossale et doit s’imposer dans un monde dominé par les hommes. L’arrivée fracassante de Nils Eriksen va cependant profondément bouleverser son existence.

Elle est jeune, belle, riche, et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Son seul problème, c’est lui : aussi sexy qu’insupportable…

Une série à deux voix… irrésistible !

J’ai 24 ans, un père tyrannique et un empire babylonien à gérer. Ma fortune colossale et mon joli cul font de moi le meilleur parti de Los Angeles. Je souris, on se pâme. J’ordonne, on m’obéit. J’aurais pu m’appeler Mike, John ou William, mais mes chromosomes en ont décidé autrement. Je m’appelle donc Valentine Laine, je suis une femme qui doit s’imposer dans un monde de requins, et rien ni personne ne me résiste

Avis :

Encore du grand Emma Green, je ne connaissais absolument pas cette histoire, même s’il s’agit d’une réédition. J’ai fait connaissance avec Valentine, Nils et de Mr Viking, sans parler de Willy … 


Je ne pensais pas le lire si vite, il faut dire que la bête est… énorme ! 487 pages et je ne parle même pas de la taille de la typo. Bref, quand je l’ai eu en main je me suis dit qu’il me faudrait une semaine pour arriver au bout. Que nenni, il m’a fallu deux jours. Les filles faut vraiment vous calmer, c’est plus possible, j’ai plus de vie quand je vous lis ! 


J’ai vraiment passé mon temps à rire, du début à la fin, une histoire rafraîchissante, ou les personnages sont juste excellent, tous autant qu’ils sont, sauf peut être un, voir deux mais bon, comme dans chaque roman il y a toujours des têtes à claques.


L’histoire commence assez bizarrement, l’héroïne, Valentine Laine-Cox (le Laine est hyper méga important) et sa meilleure amie Aïna sont captives, elles se sont fait enlever pendant leurs vacances. Je me suis demandée encore une fois, mais elles ont fumé quoi les Emma Green encore ? On voit tout de suite le caractère de notre jeune protagoniste, même captive elle reste une forte tête. 


Quand le dieu norvégien prisonnier lui aussi vient à leur secours, on comprend tout de suite que l’histoire qui va suivre va être des plus mouvementés. L’histoire de Nils et Valentine est scellé à leur première rencontre. Même si une fois ramener saine et sauve, leur chemin vont se séparer, il faudra compter quelques mois avant qu’il ne se revoie. 


J’ai adoré le personnage de Valentine, 24 ans et altruiste comme je n’ai jamais vu, elle met sa vie entre parenthèses pour que sa mère soit heureuse. Elle déteste son paternel dont elle est l’unique héritière, obligée de travailler pour lui dans l’unique but que l’empire Cox qui vaut plusieurs milliards de dollars reste dans la famille. C’est une jeune femme magnifique, une forte ressemblance avec Natalie Portam, si on en croit les dire d’un certain bodygard. Sa relation avec son père Darren Cox le milliardaire et mauvais père a ses heures perdues risque de lui causer quelques problèmes, c’est ainsi que Nils Eriksen 33 ans rentre dans sa vie, avec son frère Samuel et son wombat Willy ! 


Détective, terriblement musclé, tatoué et sexy a souhait, ses yeux de brumes, au premier abord aussi froid que son pays d’origine, gros mangeur (croyez-moi, vous ne le voudriez pas à votre table) il m’a donné chaud un nombre incalculable de fois, sous ses aires de gros dur, ce cache un homme bon, protecteur et aimant. Il m’a aussi fait bien rire, avec son petit Willy. Et bon sang rien que d’imaginer tout ça pour de vraie, je suis morte de rire. 

Leur relation avance plutôt vite, si au départ le beau Eriksen n’était pas à son goût, elle a vite changé d’avis, et ce n’est pas Mr Vinking qui dira le contraire ! Nils et son Mr Vinking m’ont rendu toute chose. Bon sang, ils ne font pas dans la dentelle, ils l’a craque plutôt la dentelle… Si vous voyez ce que je veux dire ! 


J’aurais pensé, au vu de la longueur du livre que l’histoire allait s’essoufflé, mais non absolument pas, l’histoire se passe normalement, avec de temps en temps ce petit coup de stress pour le lecteur qui nous amène de nouveau sur de nouveaux horizon, c’est super bien pensé et étudier. On sait pertinemment comment l’histoire va se terminer. De toute façon, si on connaît un minimum le style des Emma Green, on se doute un minimum. Sauf qu’entre deux, c’est juste terriblement jouissif ce qui se passe. Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde, j’étais même dégoûtée d’arrivée à la fin de l’histoire. J’ai plus que craqué pour Nils. 


Nos deux protagonistes sont vraiment faits pour être ensemble, c’est indéniable, ils sont complémentaires et on s’en rend compte très rapidement. Leur relation est forte et ne va pas une seule fois s’essouffler, leurs joutes verbales sont justes énormissimes, ils veulent tous les deux avoir le dernier mot, et ça donne des dialogues remplis de vanne et d’hilarité. 


Je me suis régalée du début à la fin, j’ai ri, j’ai eu chaud, j’ai râlé, mais je me suis amusée. Ce qui m’a fait énormément de bien, la semaine qui vient de passer ayant était pour le moins très stressante, le temps de ma lecture, j’ai pu penser à autre chose et ça m’a fait le plus de bien possible. 


Je ne vais pas vous parler de la plume d’Emma Green, à force elle est connu et reconnu, je dirai juste que si vous n’avez pas encore lu ce roman, malgré sa réédition, vous devez absolument courir le lire. Vous ne le regretterez pas un seul instant. C’est 487 pages de pur bonheur, qu’on ne voit pas passer tellement on est pris dans leur histoire haute en couleur. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s