365 Jours

Thème : Dark romance – Mafia – Enlèvement(s) – Syndrome de Stockholm – Amour obsessionnel – Sexe

Date de Sortie : 06 mai 2021

Synopsis :

Don Massimo Torricelli est le chef d’une des plus puissantes familles mafieuses de Sicile.

Il y a plusieurs années, alors qu’on lui a tiré dessus, il se bat pour survivre, il a des visions d’une jeune femme. À peine sorti du coma, il fait réaliser des peintures du visage de cette femme qui l’obsède et qu’il n’a de cesse de trouver.

Laura Biel passe des vacances en Sicile avec son copain, Martin et des amis à l’occasion de son anniversaire. Depuis qu’elle est arrivée sur l’île, Laura a le sentiment étrange d’être observée, elle met cette sensation sur le compte de la fatigue et décide de profiter de ses vacances.

Malheureusement les relations entre Laura et Martin sont délétères. A tel point que Laura ne supportant plus l’attitude de Martin, quitte l’hôtel furieuse. Alors qu’elle déambule dans les rues du petit village sicilien, elle croise le chemin de Massimo.

Elle se réveille dans un lit inconnu, et se trouve devant celui qu’elle surnomme l’homme en noir. Il lui fait une proposition des plus étranges : rester avec lui pendant les 365 prochains jours, et si elle n’est pas tombée amoureuse de lui d’ici là, il la laissera partir. Massimo lui affirme qu’il ne fera jamais rien sans son consentement, qu’elle n’a rien à craindre de lui.

Laura est animée par des sentiments contradictoires, elle est à la fois extrêmement attirée par le beau Massimo, et hors d’elle d’être retenue contre son gré.

Une relation d’une sensualité dévorante va se nouer entre Laura la fougueuse et Massimo l’impétueux. Et ce n’est pas forcément celui que l’on imagine qui va mener la danse…

Un roman sexy et profondément romantique

Avis :

Comme beaucoup, nous voulions lire ce livre après avoir vu, revu et re-revu le film. Peu importe l’avis de chacun et les nombreuses les polémiques sur le sujet, nous avions hâte de retrouver l’histoire de Massimo et Laura. Et quelle histoire ! Nous avons donc commencé notre lecture avec une certaine appréhension, à savoir  » la fidélité sur la retranscription ». Et c’est un pari gagné ! Le film a très bien restitué le roman. Cependant quel réel plaisir d’en apprendre davantage.  Pour resituer l’histoire, pour ceux ou celles qui n’auraient pas encore franchi le cap de découvrir cette romance, nous allons replacer le contexte.

Massimo Torricelli est un homme puissant appartenant à la mafia Sicilienne. C’est un miraculé. Depuis un accident tragique 5 années auparavant, il rêve d’une femme. Celle qu’il appelle Madame est son hallucination perpétuelle. Elle est son obsession, une démence inexplicable qu’il cherche à percer. Il veut la retrouver à tout prix. Aussi, lorsqu’il la croise en chair et en os il n’en revient pas. Cette femme tout droit sortie de ses rêves existe bel et bien, et il la veut, coûte que coûte. Il va donc la kidnapper et lui imposer un ultimatum. Elle a 365 jours pour tomber amoureuse de lui. Si au bout de ce laps de temps les sentiments ne sont pas au rendez-vous, alors il la libèrera.

On peut néanmoins noter quelques petites comparaisons entre le livre et le film.

Le personnage de Laura Biel, cette sublime Polonaise est beaucoup plus caractérielle dans le roman. Et ça fait du bien !

Marie : Qu’est-ce que je l’ai adoré cette jeune femme. Encore plus que dans le film. Cette jeune femme qui se fait kidnapper alors qu’elle est en vacances, et qui se retrouve transporté dans une vie dont elle n’était pas prête. Elle à 365 jours pour tomber amoureuse de Massimo, 365 jours où elle va devoir mentir à sa famille, 365 jours elle va devoir jouer un autre rôle.

Marion : J’ai adoré le tempérament de Laura. Beaucoup plus fière et ingérable que dans le film. Elle est vive, impétueuse, farouche et têtue. C’est une jeune femme qui se remet en question après un burn-out. On mesure donc tout l’impact que la situation provoque en surcouche. Ce qui attise encore plus ses actes de rébellion.

Le personnage de Massimo, le sulfureux Mafiosi est explosif. C’est un homme qui aime avoir le contrôle et déteste la désobéissance. Nous avons adoré découvrir ce personnage haut en couleur capable de tout pour Laura. Leur affrontement, leurs jeux de regard… Mais surtout, « LE FAIT » qu’il demande à chaque fois à Laura si oui ou non il peut faire ceci ou cela. Clairement le mec est très respectueux et on le ressent à chaque page qu’on tourne et à chaque scène érotique.

Marie : Au premier abord, il est terrifiant et on n’a pas envie de se frotter à lui. Mais plus on avance dans l’histoire, plus je le trouve « doux » bien qu’il reste Don Massimo Torricelli. Je l’ai trouvé beaucoup moins brutal que dans le film. Et ça m’a manqué. Après j’ai l’image de l’acteur en tête, donc ceci joue peut-être sur mon ressenti.

Marion : J’ai adoré le découvrir plus en profondeur. Massimo est un homme intrigant. Il oscille entre une personnalité insouciante, joueuse, mais aussi autoritaire et dominateur. Il peut se montrer froid, sévère ou d’une férocité animale. Ces différentes facettes amènent Laura à se questionner sur cet homme. Durant cette lecture je me suis souvent retrouvé à penser : tiens…Oh… Oooooh ! Chaud le Massimo ! Manipulateur à la sensualité débordante il prend plaisir à jouer avec Laura qui elle même prend plaisir à le provoquer.

On suit l’histoire pris dans une intrigue palpitante. Que ce soit le couple Massimo/Laura, l’univers qui les entoure, les personnages secondaires tout est fait pour nous tenir en haleine. Nous devons accorder une mention spéciale à la complicité entre Domenico et Laura. Dans le roman elle est beaucoup plus développée, beaucoup plus forte et précise. Nous avons eu un réel coup de cœur pour ce personnage qui a une place à part entière dans l’histoire mais qui dans le film n’est pas réellement mis en avant.

Un gros coup de cœur pour ce premier tome. Entre Laura et Massimo c’est un jeu de domination sensuelle « consentie ». Nous adorons l’univers de la mafia et nombreuses de nos lectures traitent du sujet. Bien sûr ici c’est beaucoup plus romancé. La plume de l’auteur est très agréable bien que par moment, les termes employés étaient trop lissés, nous entendons par cela trop politiquement correct. L’univers Dark Romance & mafia utilise généralement un vocabulaire beaucoup plus trash et parfois vulgaire. Alors nous ne savons pas si cela est dû au fait de la traduction mais cela ne nous a toutefois pas empêché de dévorer ce roman.

Il nous tarde de découvrir la suite, car cette fin… m’enfin… Ce n’est pas juste de nous laisser comme ça !!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s