Love crescendo

love-crescendo-1212719

Thème : Amour, Musique, Synesthésie, Maladie, Romance Contemporaine

Date de Sortie : 10 juillet 2019

Auteure : 

tillie-cole-1195049-250-400

Tillie Cole est originaire du nord de l’Angleterre, où elle a grandi dans une ferme, entourée des animaux recueillis par sa famille. Titulaire d’un diplôme en sciences des religions, elle a parcouru le monde en compagnie de son mari rugbyman et enseigné les sciences sociales avant de s’installer à Austin au Texas. Elle a écrit de nombreux romans dans des genres très différents, pour les adultes et les jeunes adultes, rencontrant chaque fois un succès retentissant.

 

 

 

Synopsis : 

Lorsque Cromwell, 19 ans, est derrière ses platines, les corps se pressent, la fièvre monte. Personne ne lui résiste.

Jusqu’à la fille dans la robe violette.

Ce soir-là, Bonnie est venue voir l’ex prodige du classique qui lui a inspiré sa passion.

Son verdict tombe, implacable : la musique de Cromwell n’a plus d’âme.

Cromwell n’aurait pas dû se laisser atteindre.

Pourtant, les paroles de Bonnie rallument en lui l’étincelle de quelque chose qu’il croit mort depuis longtemps.

Alors, quand le destin les force à travailler ensemble, leur attirance mutuelle les rapproche, leurs sentiments se font plus forts.

Et, malgré les secrets qui pourraient leur briser le cœur, jour après jour, leur amour va crescendo…

Avis : 

Avec les livres de Tilie Cole on sait qu’on ne sera jamais déçus, c’est un  peu comme avec Coho si vous voulez mon avis. On se lance sans aucune crainte, sans aucun doute, et à chaque fois c’est le coup de cœur assuré.

Alors, c’est un peu avec le cœur lourd que j’écris cette chronique. Attention, j’ai adoré l’histoire, mais je ne sais pas, est-ce parce que juste avant j’ai lu deux livres qui m’ont tellement bouleversé que je n’avais pas la tête pour livre une histoire de Tillie ? Je ne sais pas, toujours est-il que je l’ai trouvé trop prévisible et qu’en tournant la dernière page, j’ai un gout d’inachevé. De plus, j’aimais tellement la couverture originale que j’ai eue du mal avec la version française. Cependant, une fois ma lecture finie, je dois bien avouer qu’elle est en totale adéquation avec l’histoire.

C’est avec une certaine appréhension que j’aie commencé l’histoire, on m’a dit de faire attention, que l’histoire était aussi forte émotionnellement que mille baisers pour un garçon (à savoir, j’ai toujours refusé de lire ce livre en voyant tous les gens pleurer). Mais vu que je l’ai su après l’achat du livre, il était hors de question qu’il reste dans ma bibliothèque sans que je le lise.

Love crescendo ce n’est pas qu’une histoire d’amour, c’est avant tout l’histoire de Cromwell Dean, un personnage assez sombre mystérieux qui vie au travers ses démons. Insaisissable, on a beaucoup de mal à le cerner tellement il est secret. Il met tellement de distance entre le monde et lui, qu’on a l’impression qu’il n’aime personne, pas même lui. Il met une distance avec tout le monde, et la plume de l’auteure faisant, on à l’impression que la distance est également avec le lecteur, ce qui fait qu’on à du mal à s’attacher à lui. Il m’a fallu lire pas mal de chapitres avant que la carapace ne se fissure et que je m’attache à lui.

Cromw est un célèbre DJ réputé dans le monde entier, un soir, alors qu’il fait un set a Bringhton, il croise le regarde d’une jeune femme à la robe violette, tout de suite il ressent quelque chose, mais le temps de cligner des yeux qu’elle à déjà disparu. Plus tard, alors qu’il savoure le reste de la nuit avec son amante, la bouteille de Jack Daniel, il recroise cette jeune femme sur la plage, après quelques mots échanger, au détour d’une phrase, elle lui balance sans méchancetés aucunes que sa musique n’a pas d’âme. Ce qui plonge Cromwell dans un état de tristesse incommensurable. Mais bon même s’il sait qu’après tout, les paroles d’une fille qu’il ne reverra jamais ne devraient pas le toucher autant. Et pourtant…

Alors quand quelque mois plus tard, il se retrouve en classe à l’université de Jefferson, il s’attend à tout, sauf à tomber sur elle, cette fille qui la hante depuis cette nuit sur la plage. La fille à la robe violette. Bonnie.

Si j’ai eu du mal à m’attacher à Cromw au début, je dois dire qu’il en a été tout l’inverse pour Bonnie. C’est une jeune femme douce qui se met en quatre pour son jumeau Easton. La musique, c’est son rêve et elle est déterminée à atteindre son objectif et ne veut laisser personne lui mettre des bâtons dans les roues. Alors quand elle se retrouver obligé à travailler avec Cromw, les ennuies commencent, mais elle n’a pas le temps pour ce genre de problème.

Elle aimerait le détester, mais la détresse qu’elle ressent pour ce jeune homme lui fond peu à peu baisser sa garde.

Comme je le dis un peu plus haut, cette histoire n’est pas qu’une simple histoire d’amour, c’est avant tout une histoire de rêves brisés, et de reconstruction et cela passe par la couleur. Tout au long de l’histoire, on fait face à une myriade de couleurs qui nous apparaissent devant les yeux, ce n’est pas juste de simples mots mis bout à bout, c’est beaucoup plus fort, on a envie de comprendre la particularité de Cromwell qui est Synesthete (la synesthésie est une façon différente de percevoir le monde, qui sollicite divers sens, ici Cromw à une synesthésie graphème-couleur, c’est-à-dire que chaque nombre ou lettre lui évoque une couleur). Si au départ, on y voit que du noir, au fur et à mesure qu’il s’ouvre, qu’il fait face à ses démons, la couleur apparaît pour devenir éclatante. Et à fur et à mesure, on comprend que sa couleur préférée est le bleu-violet.

La musique, c’est leur vie à tous les deux, et elle compte bien faire revenir le Cromwell qu’elle à toujours connue.

Tilie Cole signe une nouvelle fois un roman riche en couleur et c’est peu dire. Ok c’est une histoire d’amour, mais c’est surtout une histoire de couleurs. On en revient toujours à la couleur. J’ai adoré voir Cromw échangé avec Easton, qui, même si c’est un personnage secondaire a une place hyper importante, ils sont colocs tous les deux, et dès le premier jour il décide de prendre Cromwell sous son ail et fait en sorte qu’il s’intègre le mieux possible, et pourtant la tâche n’est pas facile vu qu’il ne montre aucune envie d’interagir avec les autres personnes. Pourtant, une amitié naît entre les deux jeunes hommes. Ils se comprennent par rapport aux couleurs.

Je me répète, j’ai adoré l’histoire, mais j’ai très vite compris ce qui allait se passer, ce qui est assez triste, car c’est vraiment une magnifique histoire comme on n’en voit peut. On m’a dit de préparer les mouchoirs, et pour une fois les larmes n’ont pas coulées, même si j’ai eu le cœur qui s’est serré à certains moments.

En bref, il ne faut pas passer à côté de cette belle histoire qui vous mettra de la couleur dans votre vie, Tilie Cole n’a absolument plus rien à prouver.

40427094_239434850102693_7458266814661787648_n

40439191_886749688189003_6868301254955630592_n

 

Merci a Hachette pour ce service presse via NetGalley

Avis :

On fait la rencontre de Cromwell, DJ star que toutes les boîtes de nuit s’arrachent. A à peine 19ans, il a déjà une carrière musicale tout tracée, il est le DJ international le plus populaire du moment et cache un passé qui l’a brisé dans un registre plus classique. La musique c’est toute sa vie, il ne passe pas une journée sans mixer même s’il ne compose plus car il souffre trop dès qu’il touche un instrument. Il a d’ailleurs une particularité assez rare qui le guide dans la musique : la chromesthésie, il voit une couleur pour chaque son. Un soir alors qu’il mixe dans une boîte de Brighton en Angleterre, une fille en robe violette attire son attention dans le public, elle est immobile avec les yeux fermés et ne réagit pas au son qu’il produit. Les couleurs qu’elle dégage autour d’elle l’intrigue mais son attitude le dérange. Il boit pour oublier son passé et enchaîne les conquêtes pour s’apaiser quelques instants dans les plaisirs charnels, c’est d’ailleurs comme ça qu’il la perd de vue. Après la soirée, il va se perdre sur la plage pour boire jusqu’à s’anesthésier et il tombe nez-à-nez avec cette fille. Elle lui dit alors que sa musique n’a pas d’âme ce qui va le toucher au plus profond de ses tripes car il ne peut plus s’investir émotionnellement dans ses sets sans souffrir le martyre.

Trois mois plus tard, Cromwell est en Caroline du Sud, à l’université Jefferson Young, pour assister au cours du Pr.Lewis qui souhaitait l’avoir à ses côtés pour l’aider à se développer, il l’avait vu très jeune en représentation. Son colocataire de chambre est Easton Farraday, personnage haut en couleurs qui possède un tempérament versatile et explosif. Il s’avère qu’il est également le frère jumeaux de Bonnie, la fille à la robe violette mais ça il l’apprendra à ses dépens. Bonnie et Cromwell suivent le même cursus et donc le cours du Pr Lewis, et pour compliquer le tout ils vont être amenés à travailler ensemble sur un projet de composition sur l’année entière. Ni l’un ni l’autre n’est enchanté par ce partenariat. Mais Bonnie va lutter pour mener ce projet à bien quitte à malmener Cromwell, elle est très studieuse et cette année est très importante pour elle. Elle cache des secrets dangereux qui peuvent à tout moment faire vaciller sa vie entière. Ils s’attirent autant qu’ils se haïssent.

Vont-ils mener le projet à bien ? Comment va se dérouler leur partenariat ? Arriveront-ils à s’entendre ? Pourquoi Cromwell porte-t’il un masque constamment ? Quelles souffrances dissimule-t-il ? Quels sont les secrets de Bonnie ? La haine prendra-t-elle le dessus sur le désir ? Ou bien écouteront-ils la voix de la raison à la place des émotions ?

Mon dieu quel roman ! Une pépite comme Tillie Cole sait si bien les écrire. On est immédiatement transporté dans cette histoire, intrigué par le passif de Cromwell et sa souffrance si déchirante, et happé par leur relation si compliquée. On est fasciné par la chromesthésie, toutes ces couleurs qui nous accompagnent au fil de la lecture, qui sont le quotidien de Cromwell, autant un don qu’une malédiction car elles peuvent autant le porter au sommet que l’enliser dans la dépression.

La plume est majestueuse comme toujours, c’est une magicienne des mots qui nous emporte à des sommets émotionnels si vertigineux et intenses qu’on ne peut pas rester indemne à la fin de notre lecture. Bonnie est si touchante, sa vie prend un tournant si dramatique, on angoisse à chaque instant. Sa relation avec son frère jumeaux est tellement profonde, ils se complètent, s’entraident pour se sortir l’un et l’autre des souffrances qui les accablent. Easton est un personnage secondaire à qui on s’attache rapidement et qui tient un grand rôle dans cette romance si dramatique soit elle. Cromwell nous retourne totalement, on souffre avec lui à des degrés extrême et pourtant il nous séduit tant avec son regard azur et ses mauvaises manières de connard arrogant.

On espère tout le long de la lecture que chacun va trouver l’apaisement et que chacun va sortir indemne de toute cette histoire. Notre pauvre petit cœur est malmené avec brio par l’auteure, on pleure beaucoup, on vibre de leur relation si tumultueuse et pourtant si évidente. Chacun brise les barrières de l’autre, donne un second souffle là ou il n’y en avait plus et où les ténèbres les engloutissaient. Ils se reconstruisent, s’apaisent et se donne envie de vivre quand l’espoir disparaît. C’est d’une beauté et d’une tristesse incommensurable. Même si à un moment on se doute d’un évènement important qui survient au cours du roman, l’auteure nous surprend tout au long de lecture et à chaque révélation qui nous coupe le souffle.

C’est un énorme coup de cœur pour cette nouvelle pépite de Tillie. Il m’a d’ailleurs fallu plusieurs jours pour me remettre de cette romance si intense et bouleversante émotionnellement. Je ne peux que vous conseiller de foncer, dévorer et savourer ce bijoux.
40510722_1858278570918696_6118503216087826432_n

40461422_1934225413544447_5132543020310200320_n

 

 

 

 

 

 

 

 

Avis :

Quand un livre de Tillie Cole sort je me jette littéralement dessus. C’est ma number one et en fan total de sa plume et des divers univers qu’elle nous propose, ce roman, était donc une nécessité absolue.

On fait connaissance avec le héros Cromwell Dean âgé de 19 ans à Brighton en Angleterre. Dj électro par excellence en tête d’affiche des plus grands festivals, il ambiance les nuits comme personne. Adulé,  il se perd dans ses dérives où alcool et les filles rythment son quotidien. Cependant au cours d’une soirée il va croiser être déstabilisé par la présence d’une fille. Cromwell qui a l’habitude de contrôler son public le faisant danser comme des pantins s’étonnent que cette dernière reste figé sur la piste. Lorsqu’ils se croisent enfin c’est la douche froide. cette dernière lui balance sans ménagement que sa musque n’a pas d’âme. Touché dans son égo il ravale difficilement son amertume.

Ce n’est que trois mois plus tard, alors qu’il intègre l’université de Jefferson en caroline du sud pour suivre des études de musique qu’il va recroiser le chemin de cette nana. Bonnie Farraday qui n’est autre que la sœur d’ Easton son coloc de chambre sur le campus. Une jeune femme au caractère bien affirmé.

Entre eux c’est le clash assuré.

Lui est arrogant, cynique,  taciturne, méprisant et asocial. Et ses nombreux piercing et tatouages renforcent plus encore cet aspect de lui.

Imbuvable mais ô combien sexyyyyyy…

Bonnie est tout son contraire. C’est une élève appliquée (l’une des meilleures) sérieuse, consciencieuse et investie à 200% dans ses études. Ils ont la chance d’avoir pour enseignant le Pr Lewis un célèbre compositeur. Pour Bonnie hors de question de foirer cette année elle veut faire ses preuves et s’en donne les moyens.

Lumineuse et délicieuse…

La jeune étudiante connait bien Cromwell, elle a suivi son parcours. Bien avant sa réputation sulfureuse, bien avant qu’il devienne ce DJ star de la scène électro. Et sa déception est immense quand elle comprend qu’il ne plus celui qu’il était à ses yeux. Les choses vont donc se compliquer quand sont amenés à travailler ensemble contre leur volonté sur un projet de composition, primordial à la validation de leur année.

Cromwell est tout sauf arrangeant et prend plaisir à la laisser en plan régulièrement. Pourtant un soir Bonnie va assister à une scène qui va la laisser stupéfaite. Et là autant vous dire que mon cœur a commencé à défaillir. La face immergé de l’iceberg reflétant l’âme torturé de cet artiste est apparue. Sa détresse, son désespoir…Tillie Cole a le don de jouer avec les mots et les sentiments. Une fois de plus elle pose son empreinte sur une histoire bouleversante.

Bonnie réalise alors la souffrance immense de Cromwell. Cette douleur qu’il cache aux yeux de tous derrière ses tatouages et ses yeux bleus.

Je n’aurai pas assez de mots pour vous expliquer la beauté de cette histoire. N’hésitez pas une seconde à la découvrir si ce n’est pas déjà fait car Bonnie et Cromwell sont de ceux qui restent longtemps dans notre tête et notre cœur.

40510722_1858278570918696_6118503216087826432_n

40393884_1825072330917318_8786307115317723136_n

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s